Développement durable : l’énergie osmotique promise à un bel avenir…!!!

See on Scoop.it@imoconseil Normandie les infos immo….!!!

Près de trois ans après le lancement de la première centrale électrique osmotique, en Norvège, deux chercheurs font le point sur cette technologie en analysant son efficacité et le potentiel de la filière. Les résultats sont encourageants. Près d’un demi-milliard de personnes pourraient à terme consommer cette électricité produite à partir d’eau douce et d’eau de mer sans qu’aucun gramme de CO2 ne soit émis.

La ville de Tofte, en Norvège, abrite une centrale électrique d’un nouveau genre depuis 2009. Elle ne consomme pas de carburant et surtout ne libère pas de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Comment est-ce possible ? Parce que cette infrastructure exploite le gradient de salinité existant entre de l’eau douce et de l’eau de mer grâce à un procédé nommé Pressure retarded osmosis ou PRO. Elle produit une énergie dite osmotique.

Les eaux douces et salées sont séparées par une membrane semi-perméable à l’eau. Pour rééquilibrer les concentrations en solutés de part et d’autre de cette structure poreuse, un flux d’eau, spontané, la traverse, de l’eau de rivière (pauvre en sel) vers l’eau de mer, causant ainsi une augmentation de pression au sein du compartiment d’accueil. Il s’agit d’une simple application du principe de l’osmose. Le trop plein d’eau est alors évacué, non sans avoir d’abord actionné au passage une turbine reliée à un générateur de courant. La pression du compartiment salé peut atteindre l’équivalent d’une colonne d’eau (i.e. d’une chute d’eau) de 120 mètres de haut !

Ce type d’installation ne peut pas se construire n’importe où puisqu’il faut au minimum avoir accès à deux sources d’eau ayant des concentrations en solutés différentes. Les embouchures représentent donc des sites de choix… et notre planète en abrite des milliers. Trois ans après le lancement de ce projet par la firme Statkraft, l’heure est au premier bilan. Ngai Yin Yip et Menachem Elimelech de l’université de Yale (États-Unis) ont notamment réévalué le potentiel et l’efficacité de ce procédé dans une nouvelle étude. Leurs résultats sont publiés dans la revue Environmental Science & Technology.

See on www.futura-sciences.com

About plerudulier

Primarily interested in interacting and engaging with people about issues related to profession but also charity, environment, ... you get the idea.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

The Travelographer and Me

He does photos, I do words

Pensée positive, Un peu de sens ...

Positiver , nuancer, se decupler.

panta rei

les dits de la clepsydre

Pogoer 2.0: Wes Eichenwald's blog

Be an optimist instead, and somehow happiness will find you.

a fresh drawing everyday

since october 2010, I´m posting a sketch per day

Le Comptoir

« Le comptoir d'un café est le parlement du peuple » Honoré de Balzac

Rapid Innovation in digital time

Accelerating Innovation in harmony

Bibliothèque de combat

Amassez des trésors dans le Ciel (Mt 6, 20)

Le coin lecture d'Arsène

La sélection du CDI décortiquée pour vous !

Finn Årup Nielsen's blog

A fine WordPress.com site

Monsieur Samovar

Je serre l'Éducation Nationale et c'est ma joie.

Ours vert

Quelques élucubrations jetées à vau l'eau

Féministes Debout

Commission Féminismes de Nuit Debout Paris

Gazette Debout

Journal indépendant de la Nuit Debout

jlsagotduvauroux

Penser l'émancipation, décalcifier les perspectives

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 36 other followers

%d bloggers like this: